Comment déceler les arnaques lors de l’achat de voiture d’occasion ?

0 Commentaires

Envisagez-vous d’acheter une voiture d’occasion ? Retrouvez alors dans cet article quelques précieux conseils pour déjouer les arnaques les plus courantes.

Faire attention aux prix trop bas

Les arnaques les plus courantes misent sur un prix très bas pour vendre rapidement. Les escrocs vont même à fixer un tarif à 30 % sous la cote Argus. Ils disent dans leur annonce que c’est une urgence, car ils vont déménager ou il y a eu un décès dans leur famille. Pour vous faire une idée de la valeur réelle d’une voiture d’occasion, vous pouvez par exemple consulter le site largus.fr.

Se méfier des descriptifs très alléchants

L’une des techniques utilisées par les arnaqueurs pour attirer des clients potentiels est de décrire longuement les accessoires et options disponibles dans la voiture comme les commandes automatiques, les radars de recul, les vitres électriques ou encore la fermeture centralisée. Il arrive même parfois qu’ils usent de vocabulaires non adaptés tels que climatisation automatique ou limiteur de vitesse.

Exiger les factures d’entretien

Lors de l’achat, il faut penser à demander les factures d’entretien au vendeur. Dans le cas où la personne est incapable de vous fournir les factures d’entretien, le mieux est de passer votre chemin. En effet, cela indique que les entretiens ont été négligés ou des réparations ont été inventées. Pensez également à exiger le procès-verbal du contrôle technique.

Demander un certificat de non-gage

S’il y a une des pires arnaques qu’on peut être victime, c’est une voiture volée. Si la transaction a lieu, cela pourra vous porter préjudice tant financier que judiciaire. Pour ce faire, il faut veiller à ce que les papiers de la voiture soient au nom du propriétaire actuel. En outre, vous devez aussi réclamer le certificat de non-gage. Ce document est une preuve que l’automobile n’est pas soumise à une opposition au transfert de la carte grise.

Savoir détecter un compteur truqué

D’après l’institut CRM, on compte plus de 600 000 véhicules ayant un compteur kilométrique truqué en France. Ici, la fraude consiste à rajeunir le compteur de 100 000 à 150 000 km. Cela permet de revendre le quatre-roues à un prix très avantageux. Pour trafiquer le compteur, les escrocs usent souvent des moyens électroniques sans qu’il y ait besoin de défaire le tableau de bord. Pour déjouer le piège, établissez tout simple le parallèle entre le kilométrage affiché et l’état du véhicule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *